MENU

Accueil > Les actualités > Coopératives Jeunesse de Services : « Un apprentissage de l’autonomie et du (...)

Coopératives Jeunesse de Services : « Un apprentissage de l’autonomie et du vivre ensemble »

mardi 29 mai 2018

Créées en 2013 à Quintin, le concept des Coopératives Jeunesse de Services (CJS) a essaimé sur le territoire. Elles sont aujourd’hui six en Côtes-d’Armor, une quinzaine en Bretagne une cinquantaine en France. Le point sur la Saison 6 avec Sylvain Couanon, cogérant d’Avant-Premières.

Comment est né le concept des CJS, Coopératives Jeunes Services en France ?

Le concept est né il y a 30 ans au Québec. Il a été rapporté en France par des membres du réseau national Coopérer pour Entreprendre à la suite d’un forum international sur l’Economie Sociale et Solidaire. Les trois premières CJS françaises sont nées en Bretagne en 2013, dont celle de Quintin. Le succès de cette expérimentation a entraîné son développement, d’abord sur la Bretagne et les Pays de Loire, puis sur le reste du territoire français. Coopérer pour Entreprendre a ensuite accompagné le développement des CJS sur toute la France .

A quel rythme se sont-elles développées sur les Côtes d’Armor ?

Après Quintin en 2013 et 2014, Bégard et Saint-Brieuc ont emboîté le pas en 2015, Lannion en 2016, Dinan et Loudéac en 2017.

En quoi consiste une CJS ?

Des jeunes de 16 à 18 ans mettent sur pied leur propre coopérative de travail afin d’offrir des services sur leur territoire tout au long de l’été. La coopérative les initie au fonctionnement démocratique d’une entreprise, à l’organisation collective du travail, à la gestion coopérative et au fonctionnement du marché. Cette coopérative éphémère répond à des besoins sur le territoire, sans concurrence avec les entreprises locales. Les jeunes effectuent de l’archivage ou du désarchivage, de la distribution de tracts, de la mise sous pli, du nettoyage de voiture, du désherbage... Ce n’est pas un job d’été à proprement parlé, même s’il y a rémunération à la fin, mais bel et bien d’un apprentissage : gérer des clients, travailler sur l’organisation, la gestion du temps, la répartition des bénéfices... .

Quel est le lien entre Avant-Premières et les CJS ?

Avant-Premières a pour vocation de diffuser l’intérêt de l’entrepreneuriat, notamment en collectif. Demain, les vies professionnelles alterneront différents statuts dont celui d’entrepreneur. Avec la CJS nous insufflons l’idée de vivre de son savoir-faire et faisons la promotion de la coopération.
Avant-Premières porte juridiquement les structures, en assure la comptabilité et la gestion, la coordination du projet avec les acteurs du comité local (pôles ESS, structures jeunesses d’éducation populaire, collectivités locales, entreprises) et accompagne les animateurs des CJS sur le volet économique.

Combien de jeunes ont participé aux CJS en 2017 et quel bilan faites vous ?

Nous avons eu 77 coopérants avec une moyenne d’âge de 17 ans. C’est un véritable apprentissage de l’autonomie, du vivre ensemble et un bel outil de socialisation. Avec la CJS, on leur confie les clefs d’une entreprise collective en toute confiance. Et l’expérience montre que les jeunes sont capables de produire de belles choses quand on leur laisse des responsabilités. Leur investissement sur les projets sont remarquables. Ils nous surprennent à chaque fois. Ils gagnent en assurance, prennent confiance en eux, découvrent de nouveaux horizons professionnels, tissent un réseau et mettent un pied dans le monde professionnel.

Rédaction : Marie-Laure Charles - La Rédak - 06 86 58 41 70
Crédit photo : Romain Bléteau

Les CJS en 2018
Comme en 2017, six CJS verront le jour en 2018 sur le département : à Bégard, Dinan, Lannion, Loudéac, Quintin et Saint-Brieuc.
Si Avant-Premières est très présente sur le territoire, les six CJS n’auraient pas vu le jour sans l’étroite collaboration entre différentes structures du département qui composent les différents comités locaux : les pôles ESS, ADESS Ouest Côtes-d’Armor, ADESS du Centre-Bretagne, ESS’PRance et Rich’ESS, les structures de l’éducation populaire et de l’animation jeunesses, MJC de Bégard, MJC de Quintin, Le Cerle, Etudes et Chantiers, le Centre Saint-Elivet, Agora, les services jeunesses des villes de Lannion et Loudéac, les nombreux acteurs locaux, l’Etat, la Région, le Département, la CAF, les différentes collectivités locales et les entreprises privées qui ont notamment participé aux financements des CJS.

Recrutement des coopérants :
Sur les six territoires, le recrutement des coopérants (jeunes de 16 à 18 ans) a démarré. Toute personne intéressée peut se rapprocher de la structure jeunesse, marraine du projet pour en savoir plus ou se pré-inscrire.


- A Bégard : MJC du Pays du Bégard au 02 96 45 20 60
- A Dinan : Agora au 06 29 85 33 49
- A Lannion : Ville de Lannion au 07 89 64 42 35 ou Centre Saint-Elivet au 02 96 37 97 87
- A Loudéac : ADESS Centre-Bretagne au 06 79 11 54 43
- A Quintin : MJC de Quintin au 06 86 24 44 85
- A Saint-Brieuc : Le Cercle au 06 87 91 02 98

Événement